Articles de presse

DL = Dauphiné Libéré, LIE = Lettre d'information Échirolles, CTE = Cité Échirolles, CTEL = Cité Échirolles en ligne, FBIs = France Bleue Isère


DL du 15 juin 2021 : Propreté urbaine, Parc des Granges (M. Thorez)


DL du 5 juin 2021 : Inauguration du carré enfants Allée des Vosges


DL du 28 mai 2021, extrait : Comptage annuel des oiseaux


DL du 30 avril 2021 : cadre de vie et tranquillité publique


DL des 17 et 20 avril : Trafics ? ou pas !


DL du 17 mars 2021 : Conseil municipal - Transformation de notre quartier

Télécharger
Comment le projet GRANDALPE cava transformer un partie de la ville.
20210317-DL1.pdf
Document Adobe Acrobat 416.2 KB
Télécharger
Quels secteurs de la ville sont concernés
20210317-DL2.pdf
Document Adobe Acrobat 388.3 KB
Télécharger
Ils ont dit : paroles des élus
20210317-DL3.pdf
Document Adobe Acrobat 379.8 KB

DL du 4 mars 2021 : Rodéos urbains, prise de conscience ?


DL du 25 février 2021 : CLSPD : constats et actions face à la délinquance

Télécharger
CLSPD annuel : Municipalité, préfecture, Police, Gendarmerie...
L'AHG était présente à cette réunion.
DL.pdf
Document Adobe Acrobat 484.6 KB

DL du 3 février 2021 : Sécurisation du Stratège


DL du 12 décembre 2020 : Fermeture du parking "Boîte de nuit" du Stratège


DL du 23 novembre 2020 : Activités pendant le confinement


Le Monde du 20 août 2020 : condamnation des rodéos urbains

Voir aussi des articles analogues sur PublicSénat et autres médias.

A Marseille,

l’Etat condamné pour son inaction

face aux rodéos urbains

Le tribunal de Marseille a condamné la préfecture de police des Bouches-du-Rhône. L’Etat doit verser 10 000 euros de dommages et intérêts à un collectif d’habitants.

Le Monde Publié le 20 août 2020 à 11h26 - Mis à jour le 20 août 2020 à 12h55

 

Au début, le rugissement des quads et motos ne se faisait entendre quasiment que le matin et les week-ends, dans le quartier marseillais du Verduron. Mais ces nuisances sonores, qui sévissent dans cette zone depuis 2012, se sont rapidement amplifiées, durant désormais « de 11 heures à la tombée de la nuit », raconte une habitante du quartier, au Parisien.

Ces courses à moto risquées en ville, qui combinent pics de vitesse et bruits tonitruants des moteurs, sont pratiquées par des jeunes de 16 à 25 ans environ. Elles ont eu raison de la patience des résidents des immeubles alentour, qui, après plusieurs courriers adressés au plus haut niveau de l’Etat (Défenseurs des droits, ministres de l’intérieur et préfets de police successifs) depuis 2012, ont formé un collectif et saisi la justice. Cette dernière leur a donné raison, puisque le tribunal de Marseille a fini par condamner l’Etat à verser 10 000 euros de dommages et intérêts.

 

« Faute de la part de l’Etat »

Le tribunal de Marseille, dans son arrêt rendu le 3 août, estime que le préfet de police des Bouches-du-Rhône a pris des « mesures insuffisantes pour restaurer la tranquillité publique dans ces lieux concernés par le déroulement régulier de rodéos motorisés ». Pour la juge, il s’agit bien d’une « faute de la part de l’Etat ».

 

Pour la riveraine à l’origine de la procédure, « cette décision de justice est sans doute une première en France, mais ce n’est qu’une étape ». Auprès du site d’informations locales Marsactu, elle affirme ne pas être « satisfaite de cette décision. Dans ce genre de procédure, on ne peut avoir que de l’argent. Or l’argent ne m’intéresse pas. Cette compensation ne règle pas mon problème, les rodéos continuent ». Elle pense poursuivre sa procédure devant le tribunal administratif.

Un peu avant l’été, 45 motos ont été ainsi saisies. « Mais le plus souvent, on rend la moto à son propriétaire qui n’est pas le conducteur dans la majorité des cas. Dans les cités, ces engins seraient ainsi loués pour éviter une éventuelle confiscation par la police », explique Nathalie au Parisien.

 

La préfecture de police défend son bilan

De son côté, la préfecture a avancé face aux juges ses « actions de sensibilisation, […] de patrouilles, de contrôles routiers ». Elle a mentionné la saisie d’une moto en 2012 et une interpellation en 2017 « tout en rappelant, rapporte le tribunal, la dangerosité de ces interpellations pour les personnes concernées, les agents de police et les passants ».

 

Un argument irrecevable pour les juges : « Cette circonstance n’exonère pas les services compétents de leur obligation de prendre des mesures appropriées pour assurer un niveau raisonnable de tranquillité publique ». Contactée par Marasctu pour commenter cette décision, la préfecture de police n’a pas répondu dans le temps imparti à la publication de leur article.

Pendant le confinement imposé par l’Etat pour faire face à la pandémie de Covid-19, les rodéos urbains et les incidents qu’ils provoquent se sont accentués en France. Le ministère de l’intérieur recense, entre août 2018 et juin 2020, 45 832 interventions pour rodéos motorisés et 4 614 infractions relevées, lesquelles ne s’achèvent que rarement au tribunal.

 

Le Monde


DL du 5 juin 2020 : Journée mondiale de l'environnement, toute l'année


DL du 16 mai 2020 : Les moutons du parc des Granges


DL du 1er avril 2020 : des défis pour caser la monotonie...


DL du 15 février 2020 : CR de la conférence "Oiseaux du parc"


DL du 11 février 2020 : Conférence des oiseaux nichant dans le parc


DL du 30 janvier 2020 : Assemblée générale année 2019


DL du 14 janvier 2020 : Les habitants des Vosges exprimant leurs problèmes


DL du 21 janvier 2020 : présentation des vœux aux habitants



DL du 16 décembre 2019 : Fête de Noël


DL du 13 décembre 2019 : Noël se fête à la MdH Anne Frank


DL du 3 décembre 2019 : Nettoyage pu parc aux Granges


DL du 27 novembre 2019 : Calendriers de l'Avent originaux


DL du 25 novembre 2019 : Opération "Je donne, j trouve"


DL du 23 novembre 2019 : Opération "Je donne, je trouve"


DL du 13 juillet 2019 : Écuroduc


DL du 2 juillet 2019 : Inauguration 1ère tranche de la Mosaïque


DL du21 juin 2019 : Fête des Granges


DL du 4 mai 2019 : Des question à Ch. Ferrari, table ronde du DL


DL du 30 avril 2019 : Opération désherbage, action Métropole


DL du 29 avril 2019 : Opération désherbage du samedi 27


DL du 5 avril 2019 : nous suivons de près la Centralité Sud


FBIsr du 5 avril 2019, interview du 2/4 sur l'image du Parc des Granges

Échirolles : les habitants du quartier des Granges veulent réhabiliter le parc Maurice-Thorez 

Mercredi 3 avril 2019 à 19:26
Par Nicolas Joly, France Bleu Isère 

Site de France Bleue Isère : <https://www.francebleu.fr/infos/societe/echirolles-les-habitants-veulent-rehabiliter-le-parc-maurice-thorez-1554312138>

En finir avec la mauvaise réputation du parc Maurice-Thorez. Le parc où avait été tués deux jeunes, Kévin et Sofiane, le 28 septembre 2012 est depuis régulièrement pointé du doigt comme étant mal-famé. Mais ceux qui y vivent veulent voir le bon côté du parc et de leur quartier. 

 

􏰁􏰂􏰃􏰄􏰅C'est un terme lu dans le journal qui a mis le feu aux poudres. "Le tristement célèbre" parc Maurice-Thorez à Échirolles (Isère). Ça n'a pas du tout plu aux habitants des Granges comme Marie-Thérèse qui préside l'union de quartier : "Que l'on parle d'un fait-divers et que l'on dise que la fusillade a eu lieu devant la patinoire, pourquoi pas. Mais pourquoi écrire "près du _tristement célèbre parc Maurice-Thorez_" ? Pourquoi ? Ce n'est plus de l'information." 

Le parc du "Drame d'Échirolles" 

"Tristement célèbre" depuis la mort de Kévin et Sofiane en 2012. Deux jeunes Échirollois poignardés dans l'enceinte même du parc. Le "Drame d'Échirolles" avait suscité l'émoi à l'époque. Et continue de rebuter certains affirme Josiane. "Une amie voulait m'envoyer des fleurs mais la fleuriste a refusé de les livrer parce qu'elle pensait que le quartier était dangereux". 

Pour certains le parc et le fait-divers sont indissociables, comme l'illustre le titre "Un jour au mauvais endroit" du chanteur Calogero dédié à Kévin et Sofiane. Le chanteur, originaire du quartier, entonne : "dans les allées du parc Maurice-Thorez, _on a poignardé ma jeunesse_." 

Ce drame, les habitants des Granges comme Martine ne l'oublient pas bien sûr. Mais pour eux il faut aller de l'avant. Michel en veut aux médias qui continuent d'associer le lieu et le drame. "Lire que le parc est tristement célèbre c'est une gifle pour nous. On aimerait bien que tout le travail de réhabilitation que l'on fait soit salué et non détruit." 

Un travail de réhabilitation 

L'association des habitants du quartier qui réunit près de 300 familles met la main à la pâte pour essayer de redorer le blason du parc et, par extension, celui du quartier. Animations, affiches, création d'un site internet, publication d'une gazette... les tâches sont nombreuses. "Je m'occupe de la communication, du site web, du graphisme des affiches. Je ne fais pas un temps plein, mais _presque un trois quart-temps_, rien que pour faire remonter la réputation du quartier, et ce depuis des années", détaille Michel. 

 

Au fond, ce que veulent les habitants c'est que tout le monde voie le parc Maurice-Thorez comme eux le voient. "C'est un parc où il y a beaucoup de vie. _C'est gai, c'est vivant et très convivial_. On s'y croise souvent et on se dit bonjour même si l'on ne s'est jamais vus", raconte Marie-Thérèse. Mais il suffit qu'un fait divers ait lieu à proximité pour réduire à néant les efforts de l'association et rendre à leur quartier sa mauvaise réputation. 

 


DL des 21 & 22 mars 2019 : Annonce ventes pour la Ligue contre le cancer


DL du 7 mars 2019 : Conférence Faune des parcs et jardins


DL du 16 février 2019 : Assemblée générale du 14/02/19


DL du 6 février 2019 : Atelier d'écriture La nature des parcs


DL du 23 janvier 2019 : La galette des Rois